A qui s'adresser ?
Les prestataires présentés dans ces pages sont des professionnels à qui nous avons fait appel et testé les services. Ils sont mentionnés dans ce guide pour leurs qualités professionnelles et leurs tarifs placés.

Opérateurs de paiement

Offres mono-banque
• BNP Paribas Merc@Net
• CIC / Crédit Mutuel CM-CIC P@iement
• Banque Poulaire CyberPlus Paiement
• Société Générale Sogenactif
• LCL Sherlocks

Offres multi-banques
• Paybox Paybox.com
• Paypal Paypal.fr
• Ogone Ogone.fr
• Hipay Hipay.com

Opérateurs de micro-paiement

• Paypal Paypal.fr
• Hipay Hipay.com

Sociétés de crédit online

• Cofidis Offre 1euro.com

Paiement

83% des paiements sur Internet sont effectués par cartes bancaires et privatives(1), suivis des portefeuilles en ligne tels Paypal (21%) et des chèques et chèques cadeaux (24%, mais cette statistique est probablement faussée par les actions promotionnelles des grands vépécistes historiques).

(1) Source : La Fevad

Les cartes bancaires et privatives

Pour offrir ce mode de paiement sur votre site, vous devez contracter deux produits distincts :

1. Le Terminal de Paiement électronique (TPE)

Le terminal de paiement électronique est un logiciel qui s’installe sur votre site afin de permettre aux clients de payer en saisissant simplement le numéro de leur carte bancaire, leur nom (celui du porteur), la date d’expiration et le code de sécurité (cryptogramme inscrit au dos de la carte).

C’est le même principe que le terminal de paiement sur lequel vous saisissez votre code dans une boutique. Chaque demande de paiement initie une demande d'autorisation qui effectue le contrôle du format du numéro de la carte, puis l’interrogation du fichier des cartes volées ou mises en opposition. Le réseau inter-bancaire qui centralise les informations autorise ou refuse alors l'autorisation de paiement.

Certaines cartes privatives comme l’American Express, Diner’s, Cetelem ou la carte de paiement japonaise JCB par exemple, nécessitent l’interconnexion à d’autres réseaux bancaires ce qui implique un coût supplémentaire pour votre prestataire de paiement (le fournisseur du TPE) qui, bien entendu, vous le répercutera. L’étendue des cartes acceptées a donc un coût. Il est inutile de souscrire à celles qui ne correspondent pas à votre cible (vous avez beaucoup de clients japonais ?).

Il existe des TPE propres à chaque établissement bancaire et des TPE multi-banques proposés par des sociétés de services de paiement. Selon les services autorisés par votre fournisseur, le TPE permet d’effectuer plusieurs types d’opérations, telles que :
  • Demande d’autorisation de paiement simple + débit à l’expédition ;
  • Débit après processus de validation ou la prise d’effet d’un contrat ;
  • Encaissement total ou partiel du montant préalablement autorisé ;
  • Paiement en plusieurs fois ;
  • Gestion d’acomptes et de soldes ;
  • Gestion d’abonnements et paiements récurrents (à montants et fréquences fixes ou variables) ;
  • Achat en un clic sans redemander les éléments de la carte à chaque achat ;
  • Empreinte / no-show / caution…
Le coût du TPE se compose d’une location mensuelle (de l’ordre de 15 à 25€) ou facturé annuellement, ainsi que d’un coût de traitement à la transaction (de l’ordre de 10 centimes). Les informations liées aux cartes bancaires de vos clients ne transitent pas et ne sont pas stockées sur votre site Internet pour des questions de confidentialité et de sécurité évidentes.

2. Le contrat de vente à distance (VAD)

Le contrat VAD vous permet de récupérer les fonds débités sur la carte de votre client par votre TPE et de les transférer sur votre compte bancaire. Il vous est proposé par votre banque pour un prix oscillant entre 0.5 et 1% du montant des transactions, selon votre volume d’activité.

Le TPE et le contrat VAD sont deux produits bien distincts, mais les banques voyant d’un très mauvais œil la possibilité qu’un de leur client puisse souscrire un TPE auprès d’un autre fournisseur (dans ce cas vous pourriez changer de banque sans grande interruption de votre site Internet). Elles combinent donc TPE et VAD au sein d’une offre unique pour les rendre indissociables. Aussi, il est parfois plus simple, de prendre la solution de sa banque si l’on ne veut pas se voir refuser l’octroi de son contrat VAD.

3. La norme 3D Secure



Le 3-D Secure est un protocole de paiement développé par Visa et Mastercard visant à renforcer la sécurité des paiements sur internet.

Le principe consiste à demander à votre acheteur, en plus de ses données bancaires habituelles (n° CB, date d’échéance, cryptogramme), une information supplémentaire indépendante de sa carte de paiement, afin de s’assurer qu’il en est bien le titulaire. Dans la plupart des cas il s’agit d’un code confidentiel, à usage unique, communiqué par SMS ou par mail à saisir à chaque nouvelle transaction. Si cette information n’est pas correctement renseignée par l’acheteur, la transaction prend fin. Les personnes ayant obtenu des numéros de carte bancaire de manière frauduleuse ne peuvent plus effectuer d’achats sur votre site.

En cas de « répudiation », c’est-à-dire dans le cas où votre client conteste être l’auteur du paiement (ce qui est, avouons-le, rarement le cas), la transaction estampillée « 3-D Secure » bénéficie d’un transfert de responsabilités du commerçant vers la banque du client. Ce protocole permet donc de diminuer le risque d’impayé, mais il complexifie considérablement l’acte d’achat de vos clients. De plus, le transfert de responsabilité ne rentre pas en compte dans le cadre de litiges commerciaux (non livraison de marchandises, produits défectueux…), ni dans celui de paiements effectués en plusieurs fois ou à partir de cartes bancaires « business » ou privatives.

Les porte-monnaie électroniques

Un porte-monnaie électronique est une solution de paiement et d’encaissement qui combine les fonctionnalités d‘un TPE et celles d’un compte bancaire. Il existe de nombreux porte-monnaie électroniques, mais le plus connu est Paypal, racheté par eBay en 2002.

Aujourd’hui un grand nombre de TPE proposés par les fournisseurs de services de paiement permettent d’accepter les paiements effectués par ces solutions. Dans le cas contraire, il faudra procéder à une nouvelle installation technique sur votre site pour chaque solution de paiement retenue.

Focus sur Paypal

Bien que simple d’intégration et apparemment peu onéreux (la fonction est gratuite à l’installation et elle ne comporte aucun frais d’abonnement), Paypal coûte en réalité bien plus cher qu’un TPE classique ! La réception d’un paiement en euros sur votre compte Paypal est facturée 3,4% du montant de latransaction + 0,25 euros par transaction (pour un montant inférieur à 2.500€ euros par mois). Mais attention, transférer les montants perçus sur votre compte Paypal vers votre compte bancaire vous coûteront encore 3€ par virement !

Cela dit, l’usage de ce moyen de paiement devient si important, qu’il est aujourd’hui pénalisant de s’en affranchir.

Par mesure de commodité, veuillez à ce que votre TPE intègre également Paypal afin de pouvoir centraliser toutes vos transactions via une seule et unique interface technique. Dans le cas contraire, il vous faudra jongler entre plusieurs comptes de paiements ce qui complexifiera votre gestion quotidienne et le coût d’intégration de ces moyens de paiement sur votre site.

Les chèques

Accepter des règlements par chèque implique un traitement plus long des commandes à cause de son envoi postal et de la nécessité à réception, d'interroger le fichier des oppositions et des interdits bancaires pour éviter les impayés. Par ailleurs, les délais d'encaissement et de retour de chèque impayés atteignent en moyenne 21 jours ouvrables, ce qui s’oppose au côté pratique du commerce électronique, rendant votre offre peu concurrentielle face aux boutiques physiques.

Les sociétés de crédit

Certains organismes financiers vous permettent de proposer à vos clients de régler leurs achats à crédit.

Après installation d’une solution technique sur votre site, votre client sera en mesure de choisir un paiement en plusieurs versements. Lors de son achat, le système lui demande de renseigner un formulaire avec ses coordonnées et son numéro de carte bancaire (qui servira à garantir le crédit). L’organisme vérifie la validité de la carte bancaire et s’assure que votre client n’est pas fiché à la Banque de France.

Votre client est ensuite invité à régler son achat sur votre site en « x » fois moyennant un prélèvement mensuel sur son compte bancaire. Une fois l’article réglé et le paiement accepté, l’internaute doit toutefois envoyer par courrier un dossier papier pour une demande de crédit signé et accompagné des pièces justificatives nécessaires.

Si ce service vous permet de proposer une offre de financement (souvent chère), il n’en résulte pas moins que votre client se voit dans l’obligation de préparer et envoyer un dossier papier qui aboutit à un contrat annuel avec une société de crédit.

Il est à noter que l’utilisation du crédit en ligne est rare et que le consommateur a l’habitude de régler ses achats par carte bancaire avec paiement immédiat ou différé.

Risques & fraudes

Les risques et les fraudes liées au commerce électronique sont équivalents à ceux des boutiques traditionnelles. En France, le taux de fraude sur les achats en ligne était de 0,263% en 20091.

Pour vous prémunir, faites simplement preuve de bon sens et méfiez-vous des commandes atypiques, surtout si elles sont répétées ou d’un montant extraordinaire. Un achat pharaonique payé avec une carte de crédit russe pour une livraison en Afrique avec un envoi express sous 24h en boite postale… Soyez vigilant !

En cas de doute, n’hésitez pas à effectuer des vérifications complémentaires : contrôle des coordonnées postales, appel téléphonique, mail… Bref, ce que ferait habituellement tout commerçant si ce n’était pas une commande faite sur un site Internet !

1 Source : l’Observatoire de la sécurité des paiements de la Banque de France
Précédent Suivant